Actualités Témoignages

L’appel de l’Antarctique

Des croisières en Antarctique à bord de l’Hébridean Sky et de l’Island Sky qui sont les sister ship du Sea Spirit.

Une expérience inoubliable dans ces bateaux de petites tailles qui embarquent au maximum 114 passagers pour un service personnalisé, un intérieur confortable sans être luxueux et surtout faciliter et multiplier les débarquements pour visiter les sites d’intérêts: les refuges de la faune antarctique et sites historiques majeurs.

Il était presque onze heures du soir, et j’étais endormi. Le principe du sommeil bon, chaud et profond dans la cabine 342 a été interrompu par l’avertissement sonore. A ce moment-là, le navire Hebridean Sky a traversé le détroit de Gerlache, la péninsule antarctique. “Ce ne peut être que de mauvaises nouvelles maintenant”, pensais-je. Sans ouvrir les yeux ni bouger, j’attendais la convocation pour une évacuation à la hâte. Précédé par des excuses du chef de l’expédition, Brandon Harvey, le message était clair sur le haut-parleur: « Mesdames et messieurs, nous avons des Orques autour du navire. Beaucoup. ” Était-ce un rêve?
Pendant quelques secondes, je suis partagé entre la chaleur de la couette, le froid du dehors et le risque de perte de temps de m’habiller et de ne finalement rien voir. Après tout, les animaux vont et viennent. Bâillement. Enfin, je me transformais en poupée russe,  m’équipais de mon bonnet et mes gants et de paresse. Je suis allé dans le couloir, en haut des escaliers, et suis entré sur le pont 4. J’ai ouvert la porte. Juste là, la première énorme nageoire dorsale noire déchirant l’eau parmi des blocs de glace de toutes tailles. L’ecstase.
C’était l’un des innombrables moments dignes du souvenir inoubliable pour près de trois semaines d’un voyage « différent », vers le continent Antarctique.

Selon l’Association internationale des opérateurs de l’Antarctique (IAATO, son sigle en anglais), plus de 44.000 passagers de croisière à bord de 53 navires, ont visité le continent la saison dernière contre 38.000 dans la précédente (2015-2016). Un contingent considérable pour un morceau de planète occupé par 98% de glace, et où jusqu’à il y a deux décennies, il ne venait que des scientifiques et des aventuriers.

Trois semaines fraîches et inoubliables en Antarctique

En plus d’un désir de longue date d’aller en Antarctique, j’ai eu ce privilège de vivre cette expérience de la crème de la crème de la nature dans l’Atlantique Sud. Au départ de Puerto Madryn, la ville de départ pour explorer la péninsule Valdes, il faut deux jours de mer jusqu’aux surprenantes îles Falkland ou Malouines comme les locaux préfèrent l’appeler.
A partir des Malouines, ce sont deux nuits vers la magnifique île de Géorgie du Sud, théâtre d’une des histoires les plus célèbres de survie en mer, dirigée par le capitaine Ernest Shackleton (1874-1922). Quatre jours de nombreux débarquements parmi les plus grandes colonies de manchots royaux et d’éléphants de mer au monde, sous les pics et les sommets enneigés de l’ile. Quiconque a lu le navigateur Amyr Klink ou la littérature sur les voyages océaniques de cette époque des explorateurs fait maintenant sourire (si vous n’avez pas lu, c’est une bonne idée de lecture à bord).

Deux nuits en pleine mer nous ont rapproché de la destination la plus attendue. Je ne sais pas si quatre jours intenses en Antarctique permettent de traduire en sentiments un lieu dont les photos et les vidéos ne peuvent capturer l’âme. Ni la mignardise d’un phoque de Weddell, la persévérance d’un manchot papou ou la nonchalance d’une baleine à bosse.

Une semaine après mon retour à la maison, j’ai toujours le sentiment que je pourrais y passer une éternité. Même si cette option n’existe pas dans le catalogue. Aucunes photos ne peuvent reproduire ce qui se vit sur l’instant à cet endroit de la planète, incomparable.
Au bout de 20 jours, nous avons accosté à Ushuaia, dans l’extrême sud de l’Argentine sur les rives du canal de Beagle, où partent et arrivent la plupart des croisières à destination de l’Antarctique. Devant les lumières de la ville, la tête est revenue quelques milles nautiques dans le temps. Comme si le souvenir voulait confirmer ce que les yeux ne se lassaient pas de réaliser: le paradis est bleu, et fait de crème glacée.

  • 6828 km parcourus en 20 jours de navigation (ou 3687 miles nautiques)
  • 15 débarquements au total et huit jours de navigation sans toucher terre
  • 40 kilomètres de long et 10 kilomètres de profondeur mesure le B15T, le plus grand iceberg du voyage

hebridean sky

La vie à bord

Cinq étoiles. Le navire Hebridean Sky de 90 mètres de long peut accueillir jusqu’à 114 passagers et 75 membres d’équipage. Il faut se rendre compte ce qu’est un hôtel flottant dans ces eaux glacées.

Il faut quelques heures de vents forts et une mer agitée dans la traversée de passage de Drake pour comprendre pourquoi beaucoup considèrent cette activité non une « croisière », mais plus comme une «expédition ». Mais les conditions extrêmes là-bas ne signifient pas qu’elles le sont à l’intérieur du navire Hebridean Sky.
Confortable mais sans extravagances, toutes les cabines ont une fenêtre (certaines ont même un balcon). Même avec l’eau dessalée, la douche est bonne. La nourriture se distingue, avec petit déjeuner copieux et buffet pour le déjeuner. Pour le diner, des plats classiques et des ingrédients de première classe, accompagnés d’une sélection très correcte de vins à volonté. Amusant et originale, l’équipe de serveurs philippins est une attraction à part.

En fait, dans un voyage où le temps et la chance peuvent influencer directement le résultat, le différentiel humain de service et de connaissance se distingue. Les 18 membres de l’expédition font beaucoup plus que piloter les petits zodiacs. Chacun dans sa spécialité et sa passion, ils présentent des conférences élaborées sur des sujets tels que l’ornithologie, la biologie marine et la géologie. En outre, ils ont un niveau remarquable d’engagement, de patience et de douceur.
iceberg antarctique
Peut-être est-ce au cœur d’une opération complexe impliquant l’utilisation de bateaux, pour embarquer et débarquer à bord des zodiacs en toute sécurité et assurant l’harmonie entre des dizaines de voyageurs constituant un groupe hétérogène. C’est un petit navire, nous avions 81 passagers à bord, âgés de 31 à 89 ans. Il y avait une forte concentration de voyageurs de plus de 60 ans, principalement des Américains, des Canadiens, des Chinois et des Anglais et quelques français comme nous. En commun, ils avaient l’intérêt de visiter l’un des coins les plus exclusifs de la planète.
Jour après jour la routine sur le navire est divisée en jours de débarquements et en jours de navigation. En commun, le réveil de bonne heure tout au plus à 7h30 du matin, toujours avec la voix légère du chef de l’expédition par le haut-parleur de la cabine, annonçant les activités prévues.
J’ai pensé que je m’ennuierais avec le paysage à un moment donné, mais cela semblait s’améliorer tous les jours. “Comme le temps est imprévisible, j’attends la veille pour mettre en place le plan A. Les passagers sont une feuille blanche et ont une histoire que je veux raconter. C’est ma storytelling », explique Brandon Harvey, directeur des opérations et qui navigue depuis plus de 15 ans dans les mers du Sud.
A bord, téléphone satellite et même internet (cher et lent, c’est vrai) pour les plus connectés. L’accès à la connaissance ne manque pas. En plus des murs avec des dizaines de cartes, illustrations et aquarelles de la faune antarctique, chaque étage honore un explorateur avec des photos et des histoires. Tout est source d’inspiration et dans la bibliothèque bien servie, entre les albums photos et les romans, une vaste partie est consacrée à expliquer ce que nos yeux voient dans la journée.
Il y a une présentation en rétrospective à la fin de chaque journée avec des curiosités supplémentaires sur les points visités – pourquoi le nom de cet oiseau est différent ou pourquoi un tel nuage avait une telle forme – suivi d’une présentation sur la journée du lendemain. Les changements de météo sont également prévus avec un plan B éventuel. La séance est intéressante et presque tout le monde pose des questions. Un groupe éclectique et multinational est en construction. Pour à la fin se dire au revoir, comblés, à Ushuaia.
antarctique

VOIR
[Promo] 10% sur les Croisières Australis - Cap Horn & Canaux de Patagonie

Au jour le jour

Il n’y a aucun moyen de prédire avec précision les points de débarquements: tout est défini au jour le jour, à partir des prévisions météo. La seule certitude est d’être surpris par des scénographies époustouflantes et toujours renouvelées.
Comme je débarquais du bateau sur le gravier noir de Salisbury Plain, c’était comme si j’étais entré dans une autre dimension. Comme si je n’étais plus un humain en manteau rouge et un appareil photographique à la main. Parfois, le soleil est même apparu, mais il y avait un froid et des températures négatives. Une dizaine de manchots royaux se sont bientôt approchés, curieux. Derrière eux, des lions de mer antarctique et des éléphants de mer s’étalent négligemment. Difficile de retenir son émotion devant un tel spectacle.
georgie du sud
La Géorgie du Sud a cet effet sur nous. Elle est considérée comme la plus grande concentration de mammifères et d’oiseaux de l’Atlantique Sud. Grande Métropole sauvage, Salisbury Plain et Saint Andrews, les deux plus grandes colonies de manchots royaux sur l’île, concentrent environ 350 mille individus. “Cela ressemble à Tokyo”, a plaisanté l’un des guides. En mer, il est courant de voir des baleines à bosse et des baleines franches. Dans les airs, des pétrels géants et des albatros défilent.
«La vie est tellement exotique et abondante que les Galapagos ressemblent à une ferme pour enfants à côté», s’exclame l’ingénieur Sebastian Coulthard, membre de l’expédition et expert en histoire de l’Antarctique.
En plus des animaux, la géographie de l’île grande comme le Luxembourg avec ses 3000km2, est escarpée, montagnes enneigées jusqu’à 3000 mètres d’altitude, glaciers, fjords et baies ouvertes sur l’Océan. Et seulement 8 000 visiteurs y sont venus la saison dernière.
Un autre débarquement se trouvait à Gold Harbour, une crique compacte où nous ne sommes presque pas descendus à cause de la quantité d’éléphants de mer qui occupent la plage. Des manchots royaux arrivèrent de la mer pour apporter de la nourriture aux petits, avec un plumage brun. En arrière-plan, un des plus beaux glaciers du voyage.
Plus de trois heures de navigation et près de 11 kilomètres le long du fjord Drygalski, il était impossible de quitter le pont du navire, les fortes rafales de vent empêchaient les voyageurs de sortir. Il semblait que nous étions collés aux parois qui tombaient dans la mer. Les pics enneigés, comme celles des Andes ou de l’Himalaya, qui poussent du fond de la mer, sont quelque peu surréalistes.
tombe shackelton
Pour l’histoire. Le capitaine James Cook a débarqué en Géorgie du Sud en 1775 et l’a revendiqué au nom de la couronne Britannique. Puis vinrent les chasseurs de phoques et baleiniers au cours du 20e siècle. Lles Norvégiens principalement, qui ont reçu l’autorisation de tuer et de traiter des centaines de milliers de baleines jusqu’en 1965. Pendant des décennies, l’île a été le plus grand producteur du monde.
Aujourd’hui, l’accent est mis sur la préservation. Depuis la fin du transfert de territoire aux Norvégiens dans les années 1960, le Royaume-Uni dispose d’une station de recherche sur l’île avec environ 15 scientifiques qui alternent par cycles de 6 mois à un an. La base est à Grytviken, la plus grande des usines de l’époque d el achasse à la baleine, et dans la vieille maison, le directeur gère un musée avec l’histoire de l’île et des animaux empaillés. C’est d’ailleurs la seule fois où vous pourrez toucher la peau des manchots et des phoques et noter leur texture – on ne peut toucher les animaux vivants, la règle est claire. Il y a un bureau de poste avec des cartes postales (qui viennent avec un timbre antarctique), ainsi qu’une boutique de souvenirs.

La Géorgie du Sud était aussi célèbre pour l’histoire du navigateur anglais Ernest Shackleton, qui en 1914 a voulu traverser le continent Antarctique en passant le pôle Sud. A la tête de 27 hommes, le capitaine a vu son navire, l’Endurance, se coincer dans la banquise et être écrasé par la pression de la glace. C’est sans doute l’histoire la plus impressionnante de survie en mer qui a été vécue. Pendant deux ans, les hommes ont disparu, mais ils sont tous revenus vivants.
Après avoir quitté l’île Elephant et traversé 1500 km en 16 jours à bord d’un canot de sauvetage, Shackleton et cinq hommes sont arrivés en Géorgie du Sud. Mais le côté sud de l’île est séparé par une chaîne de montagnes et de glaciers profonds. Shackleton et deux autres hommes ont réussi la traversée en 36 heures – sans cartes.

Nous avons parcouru la dernière partie de cette aventure, les 6 kilomètres qui relient les baies de Fortuna et Stromness. C’était excitant d’atteindre l’endroit exact où les hommes ont repéré la station de chasse à la baleine, dont les ruines sont toujours là. Le sifflet de l’usine leur annoncait qu’ils étaient arrivés et en sécurité. C’était le 19 mai 1916. Shackleton repose dans le petit cimetière de Grytviken, où il est mort d’une crise cardiaque en 1922. Il est de tradition de jeter du whisky sur sa pierre tombale. Oh, et à la sortie, fermez la porte pour que les phoques n’entrent pas.
Saint Andrews Bay
Plaisir.
Dans la collection d’expériences de ce voyage, pagayer en kayak en Antarctique est le plus surprenant. Le sentiment est d’être beaucoup plus enveloppé par la nature, sans intermédiaires, comme dans les sorties à bord des zodiac. “Vous êtes avec vous-même, dans un monde de silence, qui n’existe pas. Cette expérience a trait à l’harmonie avec l’Antarctique, peut-être l’endroit le plus paisible », explique Ewan Blyth, un instructeur de kayak.
L’activité est en option et est limitée à 16 passagers. C’est une option et un contrat particulier, car il est impossible de prédire à quelle fréquence il y aura des conditions favorables pour que les kayaks soient mis à l’eau. Puis, à chaque débarquement les membres du groupe peuvent choisir de débarquer en kayak ou en zodiac.
Aucun opérateur ne peut promettre exactement les points de visite d’une croisière antarctique. La raison est simple: le climat change brusquement. Avec l’aide de cartes météorologiques, le chef de l’expédition planifie les points de visite pour le lendemain. L’idée est que chaque débarquement mette le visiteur en contact avec différents environnements et animaux des jours précédents. Voici, les endroits les plus remarquables que j’ai visité :
Baily Head, ile de Déception
Formé par l’éruption d’un volcan inactif, l’île a la forme d’un fer à cheval et est l’un des plus visités par les croisières. Mais peu de voyages avaient débarqué à cet endroit à ce jour, cat il présente généralement beaucoup de vagues. Nous avons vu de près la colonie de manchots à jugulaire la plus importante de la péninsule antarctique. Avec plus de 150.000 individus, cette colonie a un énorme chemin – que l’on appelle les « autoroutes de manchots » – où d’énormes groupes vont à la plage pour se nourrir de krill et apporter des pierres pour leurs nids.
Île Hainaut, Port Mikkelsen
L’île résume bien ce qu’est une colonie de manchots papou, avec environ 15 mille individus. Regroupés dans des nids, les manchots se déplacent maladroitement à travers des chemins balisés. Au sommet de la colline, il y a une antenne, et de l’autre côté, une petite maison en bois construite comme une station de survie par la marine argentine.
Antarctic Sound, mer de Weddell
Ce devait être le seul jour sans débarquement, à cause des vents forts qui ont atteint 80 km/h. Mais il s’est transformé en un défilé d’icebergs tabulaires, avec le toit plat, et d’autres qui avaient déjà tourné et avaient leurs sommets couverts de ce qui a semblé être de la neige molle. On les a croisés avec le navire, une vaste formation de glace vive d’une épaisseur de 50 cm à 2 mètres les recouvre. Sur laquelle étaient installés quelques phoques et les seuls manchots d’Adélie aperçus lors de navigation.
Port Neko, Péninsule antarctique
Point de débarquement abrité, avec des eaux toujours calmes et d’un bleu profond. Environ 30 000 manchots papous sont dispersés à travers la baie tandis que quelques phoques de Weddell s’étalent paresseusement. Les montagnes forment un amphithéâtre naturel, avec un glacier d’où un énorme bloc s’est détaché. Là, le mariage fut célébré entre Habir, le médecin indien de l’expédition, et Laura, sa fiancée française. Les manchots qui passaient et une légère chute de neige au moment du «oui» ont donné un ton féerique de la cérémonie célébrée par l’ornithologue Hannah.
Île Half-Moon, Shetland du Sud
Au dernier débarquement du voyage, j’ai découvert que les manchots à jugulaire n’étaient pas les créatures les plus gentilles au monde. Au milieu des murs de basalte bordés de lichen rouge, un seul spécimen de manchot Gorfou doré a été accepté et inclus parmi les plus de 40 000 à jugulaire. Une paire inattendue d’éléphants de mer a daigné se montrer. Sur l’île en forme de demi-lune, comme son nom l’indique, j’ai aussi rencontré une maman phoque de Weddell avec son bébé, âgé d’environ un mois. Entre une tétée et une autre, le petit découvrait ses nageoires et sa queue. Et ça a fait fondre tous les cœurs.
Îles Falkland (ou îles Malouines)
C’était le premier débarquement après le départ, deux jours plus tôt, de Puerto Madryn, en Argentine. Port Stanley, la capitale, est un morceau d’Angleterre avec des maisons de style victorien, des cabines téléphoniques rouges et une touche anglaise. Pendant quelques mois, en 1982, l’endroit est devenu connu sous le nom de Puerto Argentino, avant que les troupes britanniques ne reprennent le contrôle des 776 îles de l’archipel pendant la guerre des Malouines et ses 907 morts. Contrairement aux autres débarquements, ici vivent 3 000 humains parmi une grande concentration d’animaux sauvages.
Les 55 000 visiteurs de l’année dernière ont afflué vers les îles Falkland dans les boutiques de souvenirs de Port Stanley, trois pubs, une église catholique et une église anglicane. Un musée raconte la saga depuis les colons pionniers du début du 18e siècle et l’un des tristes héritages de la guerre des années 80 et ses 20 000 mines encore présentes dans 117 zones suspectes. Tout est bien entouré et balisé, comme sur la plage idyllique de Gipsy Cove, dont le sable ne peut pas être foulé. Un groupe de Zimbabwéens travaillent quotidiennement pour débarrasser les îles de ce cauchemar.
Avec ses plages abritant des eaux translucides l’île de West Point a été la carte postale du voyage. Perchée sur une falaise au bord de la mer, la colonie de manchots gorfous sauteurs et d’albatros est magnifique. Autant ou plus que les eaux de The Neck Beach, plage aux eaux si claires qui justifieraient la confusion des îles Malouines avec les Maldives tropicales de l’océan Indien. Là, nous avons vu la plus grande diversité de manchots du voyage en un seul endroit, avec papous, royaux et Magellan réunis. Et ce n’était que le début.
albatros antarctique

VOIR
Antarctique saison 2019-20 > des Remises pour Réservation Anticipée

Observation animalière

Ne pas confondre
Il est difficile de comprendre les différences sans les voir de près. Les bases: les otaries ont des oreilles et des phoques, non. Weddell a des taches sur le ventre et une petite tête. Les phoques léopards sont légèrement plus gros (environ 4 mètres), plus agressifs et ont un museau arrondi.
Vole vole
La plupart des oiseaux vus pendant le voyage ne volent pas (oui, nous parlons des manchots). Mais d’autres oiseaux marquent le voyage. L’albatros et l’albatros hurleur atteignent jusqu’à 3,5 mètres de hauteur et sont les plus gros oiseaux du monde. Les pétrels géants ont l’air menaçant et mangent des charognes. Le Cormoran antarctique a un cercle bleu autour des yeux.
Les reines de la mer
Aucun autre endroit sur la planète ne concentre autant d’espèces différentes de baleines – les mois de janvier et de février sont les meilleurs pour les repérer. Plus nombreux, les baleines à bosse commencent à arriver en novembre avec les petits. Jusqu’à 27 mètres et moins rare que le bleu, le Rorqual boréal est le deuxième plus grand au monde. Les orques sont rares, mais ils peuvent se retrouver en manade.
Le propriétaire du harem
Les éléphants de mer tolèrent même les autres mâles à condition qu’ils ne plaisantent pas avec leur harem – qui peut atteindre jusqu’à 50 femelles. Beaucoup plus gros, les mâles peuvent dépasser 6 mètres de longueur et 3 tonnes, tandis que les femelles ne dépassent pas 3 mètres. Ils vivent 80% du temps en mer et peuvent plonger à des profondeurs allant jusqu’à 1 600 mètres.

Merci pour le texte et les photos à Philippe Mortara et Matthieu Farrell

Présentation

JB Vannier

Depuis 2005 à Buenos Aires, Jean Baptiste Vannier avec Latitud Argentina - organise des voyages sur mesure en Argentine avec des extensions au Chili, en Bolivie et au Pérou.
Nous proposons des circuits personnalisés en auto-tour ou avec chauffeur-guide dans les plus belles régions et sur les plus beaux sites.
Les Andes, l'Antarctique, le Cap Horn, la Patagonie résonnent comme autant de promesses de grands espaces et de dépaysements!
Satisfaction garantie!

Contactez-nous

Cliquez ici pour nous écrire