Croisières Exploris

Mythique Patagonie & Cap Horn – Exploris One – 13 jours

Cap Horn
Cap Horn

Il y a de la magie dans l’air et dans les eaux d’une telle destination. Chaque voyage résonne de noms mythiques, de ceux qui font rêver sur une carte et incitent au départ.
Le long des canaux de Patagonie dans les fjords du Chili, du Détroit de Magellan au Canal Beagle, autour de la Terre de Feujusqu’à Ushuaia, cet itinéraire explore toutes les richesses offertes par la rencontre de la cordillère des Andes et de la mer. Le labyrinthe des fjords encaissés s’ouvre sur des glaciers gigantesques aux reflets bleu saphir. L’eau lisse des chenaux où Exploris One se faufile s’anime de la présence de lions de mer, rorquals, otaries et dauphins.

  • Durée: 13 jours
  • Date: du 22 décembre 2024 au 4 janvier 2025
  • Guide francophone

Jour 1 > Punta Arenas – Chili

Embarquement à partir de 16h00.

Votre voyage démarre à Punta Arenas, une ville portuaire adossée à une petite colline mêlant modernité et passé avec ses maisons colorées toutes pimpantes.

Si l’occasion se présente, prenez de la hauteur et rendez-vous au mirador du Cerro de la Cruz pour profiter d’un superbe panorama sur la ville, son port et au loin le détroit de Magellan.

Située à l’extrême sud du Chili, Punta Arenas est, en effet située à proximité du détroit de Magellan qui relie les océans Atlantique et Pacifique, un point de passage jadis obligé pour de hardis navigateurs et d’illustres explorateurs.
La découverte de ce détroit remonte en 1520 et elle est le fait de Ferdinand de Magellan. Sa découverte a changé le cours de l’histoire. C’était la première et l’unique route commerciale reliant l’océan Pacifique à l’Atlantique, qui pouvait à cette époque être traversée par bateau.

De retour en ville, déambulez sur la Plaza Muñoz Gamero où se dresse d’ailleurs un mémorial dédié à l’explorateur véritable star locale : Fernand de Magellan. Quant au Museo Nao Victoria, il expose une réplique de l’un de ses galions.
Dès l’appareillage, vous serez saisi par les paysages. Ceinturée par des forêts de lenga, de la coigue et de la steppe de Patagonie, Punta Arenas vous offre un premier aperçu de la Patagonie et de ses trésors sauvages.

Jour 2 > Navigation dans les Fjords – Glacier Marinelli

Le détroit de Magellan franchi, l’Exploris One s’engage sans peine dans le canal Whiteside, entre l’île Dawson et la Terre de Feu, à l’entrée sud-est du canal. Ici, vous pourrez admirer une étendue d’eau appelée Bahía Inútil, qui mène au détroit d’Almirantazgo. Vous longerez bientôt les montagnes Darwin avant de débarquer dans la baie Ainsworth, un bras de mer côtier où le glacier Marinelli est facilement repérable.

Situé au Chili dans le parc national Alberto de Agostini, sur la grande île de la Terre de Feu, le glacier Marinelli trouve son origine au sein de la Cordillera Darwin. Les eaux de fonte de ce glacier se déversent dans la crique elle aussi baptisé Marinelli. Des noms toponymiques donnés en hommage à Giovanni Marinelli (1846-1900), un illustre géographe italien.

Quant au glacier Marinelli, il est parait-il le plus beau et le plus long de tous. C’est le plus grand de ceux qui se déversent de l’épine dorsale de la chaîne des montagnes Darwin.

Si les conditions de navigations sont bonnes, nous ferons ensuite escale sur les îlots Tucker (ou Tucker Islets). L’occasion d’aller observer des colonies de manchots de Magellan (Spheniscus magellanicus) ou de cormorans, deux espèces emblématiques de cette région australe de l’hémisphère sud.

Jour 3 > Navigation Détroit de Magellan, Isla Carlos III

Géographiquement parlant, le détroit de Magellan sépare, du côté nord, le continent sud-américain, et du côté sud, la grande île de la Terre de Feu. Historiquement parlant, Fernand de Magellan est le premier à découvrir ce bras de mer localisé entre le continent et la Terre de Feu et le cap Horn au sud.

Au XVIe siècle, Fernand de Magellan a, en effet, entrepris une expédition vers un océan encore inconnu des Européens. Partez sur les traces de cet explorateur fameux, dont la détermination mènera ses hommes à boucler le tout premier tour du monde à la voile en pleine époque des Grandes Découvertes.

21 octobre 1520, Magellan découvre le détroit Victoria (qui sera plus tard baptisé de son nom). Cette longue pointe de terre froide qui s’avance dans l’océan ne semble d’ailleurs pas avoir changé. L’explorateur et ses marins s’engageront en sens inverse en quête d’un passage vers un océan inconnu, malgré des conditions météorologiques terribles et de forts courants marins. À sa grande surprise, les eaux de ce nouvel océan seront si paisibles, qu’il baptisera cet océan «Pacifique», ce qu’il n’est pourtant pas vraiment

L’Île Carlos III (Isla Carlos III) est bientôt visible, les lieux n’ont en apparence rien de paradisiaque tant les tempêtes et vents violents règnent souvent ici en maitres. En revanche, grâce à son isolement total, le spectacle de la nature y est grandiose à commencer par les baleines à bosse sans oublier les loups de mer, les manchots ou les albatros. L’île est habitée à l’année par des scientifiques en charge notamment d’étudier le comportement de ces baleines.

Une sortie en kayak de mer sera possible, mais fonction des conditions météo. L’opportunité rêver d’approcher avec respect et admiration de ces majestueux mammifères marins.

Jour 4 > Navigation dans les Fjords

Nous poursuivons notre navigation au cœur de somptueux paysages entre terre et mer. Sur un bord se découvrent les Andes Patagonnes, et de l’autre, des steppes immenses s’étirent à perte de vue. Le regard se perd entre pampas, glaciers, labyrinthes de fjords et îles isolées.

Cap sur Puerto Natales pour vivre une escale sur la terre des gauchos, des estancieras mais aussi des pêcheurs locaux.

Peuplé à l’origine par les Amérindiens Alakalufs et Tehuelches, Puerto Natales a été découverte, par hasard, en 1557 par le navigateur et explorateur espagnol Juan Fernández Ladrillero qui cherchait l’ouverture orientale du Détroit de Magellan.

Il faut attendre l’année 1830 pour que l’endroit soit de nouveau exploré par une expédition fameuse, celle du HMS Beagle, une frégate britannique commandée par Robert Fitz Roy, avec à son bord le naturaliste et paléontologue Charles Darwin.

Si les Indiens Tehuelches vivaient surtout de la pêche, les nouveaux colonisateurs y développèrent Puerto natales et dans les environs l’élevage bovin et ovin.

Du fait de sa situation stratégique, la ville de Puerto Natales fut fondée officiellement le 31 mai 1911. Sa population comptait surtout des Chiliens arrivant de l’île de Chiloé et des étrangers d’origine européenne. Cette diversité culturelle a permis de façonner son identité à part d’autant que cette cité pittoresque est nichée au fond des fjords si esthétiques de la Patagonie chilienne.

Jour 5 > Puerto Natales

Puerto Natales est une ville assurément pittoresque avec nombre de bâtiments historiques, dont aujourd’hui la pizzeria La Mesita Grande (Arturo Prat, place centrale), la plus ancienne bâtisse de la ville.

La Plaza de Armas constitue le cœur de ce centre historique. Aux alentours, vous pourrez visiter l’église paroissiale María Auxiliadora, le siège du Gouvernement provincial ou encore la Mairie.

Au sud-ouest de la Plaza Mayor, au 285 de la Calle Manuel Bulnes, se dresse le Musée Historique Municipal. À l’intérieur du musée vous pourrez y admirer une collection d’objets appartenant aux civilisations ayant peuplé la région (Kaweskar, Aonikenk…).

A l’est de la Plaza de Armas se trouve le Pueblito Artesanal Ether Aike, idéal pour trouver des produits artisanaux. À proximité se trouve la Calle Philippi avec ses murs ornés de fresques représentant les Alakalufs, les Tehuelches et la colonisation de la province Última Esperanza.

Au 1456 de la Calle Padre Rossa, vous pourrez visiter le Musée Salésien Alberto de Agostini, le meilleur endroit de la ville pour en savoir davantage sur la faune et la flore de la région. L’Avenue des Cuatro Pueblos est quant à elle un autre endroit pittoresque à découvrir avec elle aussi ses fresques et sa vue panoramique sur la ville.

Prenez également l’air marin, et baladez-vous sur la Costanera, l’occasion d’entrevoir le dédale de canaux, fjords et îles parsemant la partie occidentale de la ville. Au bout de ce front de mer est localisé le port de la ville. Vous y verrez les pêcheurs prêts à embarquer à bord de leurs lanchas colorés, sous le regard indifférent des cygnes à col noir.

Ne manquez pas enfin le coucher de soleil sur la Péninsule Antonio Varas, située en face de Puerto Natales, une ville qui vaut le détour.

Jour 6 > Navigation dans les Fjords – Canal Senoret

Appareillage de Puerto Natales.

Direction le Canal Senoret qui fait partie intégrante du bras de mer Última Esperanza, côte sur laquelle est d’ailleurs située Puerto Natales, la capitale de la province d’Última Esperanza.

Plongez dans l’histoire de l’exploration de cette région hostile et dangereuses mais qui a jadis fasciné les explorateurs. Aujourd’hui, les chenaux de Patagonie sont parcourus en toute sécurité grâce aux nombreux travaux et relevés hydrographiques effectués le long de ces côtes découpées.

Il n’y a que deux saisons ici : l’été et l’hiver. L’été qui débute en septembre se caractérise par des vents puissants et des pluies fréquentes, mais moins persistantes qu’en hiver. Des conditions atmosphériques qu’affectionnent en mer les otaries ou les loutres. À terre ou dans les airs, oiseaux comme le martin-pêcheur, la grive, le cygne coscoroba, le cygne à cou noir, plusieurs espèces de canards indigènes, le caiquén, la mouette australe et le quetrou volant ou canard à vapeur s’en donnent à cœur joie.

Quant au Canal Senoret, il sépare les côtes est et nord-est de la péninsule d’Antonio Varas du continent et relie le golfe d’Almirante Montt aux estuaires d’Eberhardt et d’Última Esperanza. Il est une fenêtre d’observation sur un littoraltrès cinématographique avec une succession de terres hautes et déchiquetées coiffés de nombreux pics et promontoires, et parsemés de caps et pics abruts. Une géographie des lieux et une dimension qui font la richesse de cette région de notre planète.

Jour 7 > Navigation dans les Fjords – Glaciers El Brujo & Amalia

Nous poursuivons notre navigation dans les fjords de Patagonie entre fjords, détroits et canaux, forêts et toundras, glaciers et sommets.

Le spectacle est une nouvelle fois féérique devant le glacier El Brujo. Situé au fond du fjord Asia, cet immense mur de glace sculpté par le vent fascine d’emblée autant qu’il impressionne. Changeant au gré des jeux de lumières, ce décor naturel enchanté offre un spectacle inoubliable et captivant.

Même émerveillement devant le glacier Amalia, appelé aussi « glacier Skua ». Ce site fait partie du parc national Bernardo O’Higgins, créé le 22 juillet 1969 et ainsi nommé en l’honneur d’un officier militaire chilien : Bernardo O’Higgins (1778-1842). Il couvre la partie chilienne du Champ de Glace Sud Patagonie, la troisième calotte glaciaire du monde.

Le parc national Bernardo O’Higgins est par ailleurs celui de tous les records : c’est le plus vaste parc du Chili, le plus grand lieu de conservation en Amérique du Sud et la plus importante réserve d’eau douce du monde. Cette réserve contient la zone de fjords le plus étendue en continu au monde. C’est dire vous la beauté des paysages du parc ! Sa faune est elle aussi étonnante avec les forêts indigènes se développant au milieu du réseau de fjords et canaux. Outre l’observation des animaux, la découverte des glaciers est le clou du spectacle.

Le détroit de Nelson, un bras de mer situé dans l’archipel de la Reine Adélaïde, au Chili. Ce détroit relie l’océan Pacifique au sud-ouest avec deux canaux patagoniens au nord-est : le canal Castro et le canal Smyth. Il est cité dans l’un des voyages extraordinaires de Jules Verne, « deux ans de vacances », paru en 1909 ou l’histoire de naufragés sur une île déserte du Pacifique.

Jour 8 > Ile Noir

Très exposées à l’océan Pacifique et à ses caprices, malgré sa proximité avec les fjords patagoniens, l’île Noir (Isla Noir pour les locaux) est un lieu idéal pour observer la nature patagonne tant s’y concentrent des espèces uniques comme par exemple le gorfou doré ou le manchot à plumes jaunes (Eudyptes chrysolophus) ou encore le gorfou sauteur (Eudyptes chrysocome).

Dans l’île et ses prairies côtières, nous observerons d’autres espèces le méconnu Carancho Negro ou Caracara austral (Phalcoboenus australis), le Churrete Austral ou Cinclode fuligineux (Cinclodes antarcticus), tout en recherchant d’autres espèces emblématiques comme la Becasina Grande ou Bécassine de Strickland (Gallinago stricklandii) ainsi que diverses espèces de pétrels.

Les amoureux de littérature maritime noteront que le Cabo Noir (« cap Noir ») situé au sud-ouest de l’île est évoqué dans The Golden Ocean, le roman de Patrick O’Brian, grand écrivain des océans et des épopées d’antan de la Marine à voile.

Jour 9 > Navigation dans les Fjords – Canal de Beagle & Glacier Pia

La Patagonie fait aujourd’hui, dernier jour de l’année civile, étalage de toute sa beauté. L’avenue des glaciers est sans conteste l’un des passages les plus photogéniques de cette traversée du canal de Beagle. Il y a cela des raisons dont celles de pouvoir admirer en quelques heures quatre gigantesques glaciers qui portent chacun des noms de pays, à savoir : France, Italie, Hollande et Allemagne. Des appellations choisies en l’honneur de la nationalité des explorateurs du 19ème siècle qui ont œuvré pour la cartographie de cette région du monde fort éloignée, alors dangereuse et parfois inhospitalière.

Cocorico, le glacier français est parait-il le plus beau ! Il s’agit d’un immense champ de glace, perché tout en haut d’une falaise avec une impressionnante cascade qui court le long de la paroi. On aimerait pouvoir le contempler des heures durant.

Plus loin, le glacier Allemagne, également appelé glacier Roncagli. – du nom d’un officier de marine italien hydrographe – vaut le détour pour sa physionomie. Il est reconnaissable à son espèce de vague au milieu de se paroi. Des quatre glaciers de cette portion du canal de Beagle, c’est certainement celui qui a l’inclinaison la plus faible. Le Glacier Italie est quant à lui une magnifique rivière de glace qui descend de la montagne pour finir sa course au niveau des océans. Le spectacle est là encore une fois grandiose.

Dans le canal de Beagle au Chili, le glacier Pia fascine les scientifiques du monde entier. Il est en effet l’un des seuls glaciers de la région qui continue d’avancer, malgré le réchauffement climatique. Il est aussi le plus long glacier de l’hémisphère sud (sans compter l’Antarctique, évidemment. Il y a à cela une explication. Cet immense glacier se trouve, en effet, vers le 58ème parallèle sud. Une latitude suffisamment proche du pôle pour qu’il ne soit jamais vraiment exposé à des températures de plus de 15 degrés lors des journées les plus chaudes de l’été austral. Non loin du Glacier Pia, le Glacier Garibaldi va lui aussi vous éblouir.

Dame-Nature est décidément très généreuse en Patagonie !

Jour 10 > Cap Horn

Le cap Horn est une étape incontournable et fort attendue de cette croisière-expédition mais aussi la plus incertaine. Et pour cause… Les conditions météorologiques y sont souvent très mauvaises. S’il est toujours possible de s’en approcher, le débarquement n’est jamais garanti.

Si la chance vous sourit, vous pourrez doubler le cap légendaire et même débarquer sur l’île Horn, la isla de los Hornos. L’occasion de grimper jusqu’au monument du cap Horn offrant une vue imprenable sur les environs. Regardez vers le sud, à 800 kilomètres en face se trouve le continent Antarctique

En redescendant, vous vous arrêterez devant le phare du cap Horn. Un gardien y habite à l’année avec sa famille. Un isolement rompu l’été lorsque le temps est beau et que les visiteurs débarquent.

A côté du phare se dresse la petite chapelle Stella Maris, vous rappelant que les hommes ont par le passé payé un lourd tribut au passage du Horn.

« L’homme, en ces terres battues d’eau et de vent, n’est pas forcément le bienvenu: La mort et la folie le guettent, sa cruauté rapace le perd », a écrit avec poésie une autre grande plume de la Patagonie, Francisco Coloane. un narrateur, dramaturge et journaliste chilien.

Une chose est certaine, vous allez bientôt pouvoir vous targuer d’avoir doublé le cap Horn, ou mieux d’avoir fait escale sur son île. Restez néanmoins humble et gardez en tête que les cap-horniers d’autrefois étaient de valeureux explorateurs, eux qui à la voile durant des jours, voire des semaines, devaient lutter contre les éléments dans le froid, la pluie ou la neige, juchés dans la mâture de leurs bateaux…

Jour 11 > Navigation dans les Fjords – Baia Wulaia, Chenal Murray

Située sur la côte occidentale de l’île Navarino, sur la rive est du chenal Murray, la baie de Wulaia était autrefois habitée par les Yagans.

C’est ici que débarquèrent le commandant Robert Fitz Roy et un naturaliste devenu fameux Charles Darwin débarquent en 1833 lors de leur voyage sur le HMS Beagle.

À son bord, Darwin effectuera un tour du monde complet. Il étudiera sans relâche la géologie, la faune et la flore, et collectera de très nombreux spécimens qu’il enverra à Cambridge, accompagnés de ses observations. Ce voyage initiatique contribuera à sa réputation grandissante de naturaliste. Il en tirera un ouvrage, Le voyage du Beagle, et les bases de sa théorie de l’évolution qui révolutionnera la pensée moderne.

Quant à la Baia Wulaia aujourd’hui, elle semble ne pas avoir changé, elle est un endroit assurément photogénique tant pour sa végétation que sa topographie.

Quand vous atteindrez un belvédère, en marchant à travers la forêt de Magellan où poussent des lengas, des coigües, des canelos et des fougères, parmi d’autres espèces, vos sens ne manqueront pas de s’exalter et votre plaisir de devenir total.

Résonneront alors puissamment en vous les mots de Jean Raspail, l’écrivain français spécialiste de la Patagonie et de la Terre de Feu, territoires qu’il a arpentés pendant plus d’un demi-siècle : « La Patagonie, c’est ailleurs, c’est autre chose, c’est un coin d’âme caché, un coin de cœur inexprimé. Ce peut être un rêve, un regret, un pied de nez. Ce peut être un refuge secret, une seconde patrie pour les mauvais jours, un sourire, une insolence. Un jeu aussi. Un refus de conformité ».

Jour 12 > Canal Beagle & Ushuaïa

Le canal Beagle est un accident géographique de l’extrême sud du continent américain. Sa partie orientale constitue la limite internationale entre le Chili et l’Argentine, mais sa partie occidentale est au Chili. Il s’agit d’un détroit séparant des îles de l’archipel de la Terre de Feu, à l’extrême sud de l’Amérique du Sud. Il sépare la Grande Île de Terre de Feu de plusieurs îles au sud. Le canal Beagle mesure environ 240 km de longueur. Sa largeur minimale est d’environ 1,5 kilomètre.

Arrivée en début d’après-midi à Ushuaia, la ville la plus australe du Monde… d’après ses habitants et tous les Argentins !

Nichée au creux de montagnes et de plaines fertiles où la faune semble avoir élu domicile à jamais, la capitale de la province argentine de la Terre de Feu est un lieu sur terre devenu légendaire.

Surnommée par le peuple argentin « El fin del mundo », cette ville du bout du monde voit les Andes plonger dans l’océan.

C’est néanmoins pour vous la fin d’un voyage inoubliable qui vous a permis de percer quelques secrets de cette Patagonie, dont la bonne réputation n’est donc pas usurpée.

Nul doute que les propos de l’écrivain Jean Raspail résonnent désormais encore plus forts en vous : « La Patagonie, c’est ailleurs, c’est autre chose, c’est un coin d’âme caché, un coin de cœur inexprimé. Ce peut être un rêve, un regret, un pied de nez. Ce peut être un refuge secret, une seconde patrie pour les mauvais jours, un sourire, une insolence. Un jeu aussi. Un refus de conformité ».

Jour 13 > Ushuaia

Débarquement après votre petit déjeuner.

El fin del mundo, Ushuaia est la ville la plus australe du Monde… dixit les Argentins.
C’est un lieu sur notre planète Terre au nom forcément évocateur.
Nichée au creux de montagnes et de plaines fertiles où la faune semble avoir élu domicile à jamais, la capitale de la province argentine de la Terre de Feu est bien cette ville du bout du monde qui voit les Andes plonger dans l’océan.
Si vous en avez le temps, une balade dans la rue principale de la ville s’impose. C’est là que sont concentrés nombre de commerces, de bars et de restaurants. Les plus curieux s’enhardiront jusqu’à l’église vue depuis le bord de mer ou iront moins pieusement visiter le casino de la ville.

Les plus férus de culture pousseront leurs investigations jusqu’au musée “du bout du monde” tandis que les amoureux d’histoire se rendront place des Malouines. Un egurre qui fait partie du récit national local.
Ushuaia, Tierra del Fuego, Patagonia… C’est pourtant la fin de votre voyage sur ces terres extrêmes, un endroit du monde assurément fascinant…


Ce soir, Exploris One poursuit sa route vers l’Antarctique. Cela donne furieusement envie de continuer l’aventure, n’est-ce pas ?

Date & Prix

Cap Horn Exploris
WordPress Data Table Plugin
WordPress Data Table Plugin
WordPress Data Table Plugin

Les offres de réduction et promotions:

  • La promotion spéciale de 25% de réduction ci-dessus est susceptible d’être réduite sans préavis en fonction de la disponibilité des cabines
  • Occupation Individuelle: sur demande (à partir de +50% du prix)
  • 3ème personne : uniquement possible dans les suites Discovery, les Grandes Suites, les Suites de l’Armateur. Prix: 6640 Euros
  • Gratuité pour un enfant de moins de 14 ans qui partage la suite de 2 adultes (hors taxes et hors prestations complémentaires).
  • Cabines Familles (= 2 cabines communicantes – Pont 3 & Pont 4) – 20% du prix sur la 2ème cabine.
  • Enchainement de Croisières – 15% du prix sur les croisières successives (à partir de la seconde)
  • Voyage de noces – Anniversaire de mariage (tous les 5 ans) – 5% du prix port-port
  • Offre “Famille & Amis” – 5 % du prix lorsque vous voyagez en groupe de 4 cabines/suites ou plus. (Offre non cumulable)

Le prix inclu

  • La croisière en pension complète, dans la catégorie de cabine ou suite sélectionnée, du diner du 1er jour au petit-déjeuner du dernier jour, boissons incluses.
  • La formule open bar (à l’exception de notre carte Premium)
  • Les excursions indiquées au programme.
  • Les sorties et débarquements en Zodiac durant la croisière.
  • Toutes les activités et animations à bord (cocktail de bienvenue, soirée du Commandant)
  • Le port des bagages à l’embarquement et au débarquement du navire
  • Une série de conférences dispensées par notre équipe d’expéditions
  • Les taxes portuaires et aériennes & les permis de débarquement.

Le prix n’inclu pas

  • Les vols internationaux et nationaux
  • Les dépenses personnelles à bord (boutique, massage, coiffeur …).
  • Les assurances annulation et rapatriement
Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

Inscrivez-vous à notre newsletter pour suivre nos actualités.

Présentation

JB Vannier

Depuis 2005 à Buenos Aires, Jean Baptiste Vannier avec Latitud Argentina - a commencé par organiser des voyages sur mesure en Argentine, au Chili, en Bolivie et au Pérou.
Nous sommes aujourd'hui spécialiste des croisières en Antarctique, dans les canaux de Patagonie jusqu'au Cap Horn....comme autant de promesses de grands espaces et de dépaysements!
Satisfaction garantie!

Contactez-nous

Cliquez ici pour nous écrire