Jean Baptiste Charcot > le “Français” devient “Austral”

60 ans après Dumont d’Urville, le médecin et aventurier français Jean-Baptiste Charcot (1867-1936) a mené une expédition en Antarctique à  bord du trois-mâts goélette de 32 m le “français“. Parti de Brest en 1903, il s’élance vers l’inconnu depuis Ushuaia en décembre 1903. Après un hivernage dans une anse de l’île Wandel en 1904, ses attentes en matière de découvertes scientifiques furent dépassées:  1000 km de côtes nouvelles reconnues et relevées, 3 cartes marines détaillées, 75 caisses d’observations, de notes, de mesures et de collections destinées au Muséum d’Histoire Naturelle de Paris. Il baptisa de nombreux monts et mouvements de terrain du nom de personnalités argentine de l’époque qui lui avait rendu de nombreux et précieux services lors de son passage à  Buenos Aires.

A son retour à  la capitale argentine en janvier 1905, le ministre de la marine argentine lui acheta pour $50000 (pesos) sa goélette et après remise en état le rebaptisa “Austral“. Destiné au service antarctique et à  l’approvisionnement de l’observatoire des îles Orcades du Sud elle connut une fin de vie brutale.
Au départ de sa deuxième mission d’approvisionnement et de matériel destiné à  la construction d’un deuxième observatoire sur l’île Booth, il s’échoue et naufrage lors une tempête sur le Rio del Plata le 21 décembre 1906 (position: 35° 00,1´ S et 057° 06,1´W).

Jean-Baptiste Charcot repartira en 1909 pour une seconde expédition à  bord du “Pourquoi pas?” à bord duquel il rencontrera son destin en 1936.

A lire: Le “français” Au Pôle Sud – Jean-Baptiste Charcot – Ed. Corti. voir sur Chapitre.com

Le Rio de la Plata

Les îles Orcades du Sud dans Google maps:

http://maps.google.com/maps?t=k&q=-60.583333,-45.5&hl=fr&ie=UTF8&source=embed&ll=-57.844751,-43.330078&spn=15.93311,39.506836&z=5″